Montres

Des montres Vuille


Plusieurs modèles de montres présentent le nom de Vuille ou Wille comme marque de fabrique. Ce sont des modèles récents, du XIXe et XXe siècles. On en trouve en Europe, mais aussi aux Etats-Unis. Je n’ai pas encore trouvé de documentations précises à leur sujet, principalement des illustrations et quelques informations éparses sur des modèles en vente.

Une de ces montres porte pour signature Aug. Vuille & fils . S’agit-il d’Auguste ou d’Augustin? L’arbre généalogique comprend de nombreux Vuille porteurs de ces deux prénoms.

Il y a plusieurs montres des « Frères Vuille », dont la fabrication remonterait au milieu du 19e siècle. Un des vendeurs, qui ne connaît pas ces frères, note que le travail ressemble à celui d’Abraham Bréguet et qu’il s’agit peut-être d’un de ses élèves. L’une est mentionnée comme datant de 1850. Une deuxième est en or.

Un modèle semble fort répandu: la 8 days, signée Sandoz-Vuille. Une autre montre porte pour signature Wille frères.

Une montre créée en 1880 par Albert Vuille, de la Chaux-de Fonds (Suisse), a été mise en vente en juin 2002. Malheureusement, aucune illustration n’accompagne l’annonce. Voici sa description technique: Pocketwatch – Albert Vuille, Chaux-de Fonds, #2726, 53mm open face, stem wind, lever set, nickel bridges, full plate, jeweled to the third wheel, enamel dial has crack and hairlines, Roman numerals, moon hands, triple hinged yellow case is Hallmarked, no karat mark, plain case, no monogram, curvette is engraved « J. R. Dec. 25, 1880 ». (http://www.timeandstrike.com/auctions/20020609/20020609list.html).

On retrouve trace d’un Felicen Vuille en Irlande au milieu du 19e siècle, dans la ville de Cork. Son nom est repris dans l’annuaire commercial: Vuille Felicen & Co, watch & clock makers, 47 Malbourough st. (http://homepage.eircom.net/~ridgway/1856Corkslater4.htm).

William Vuille, horloger, a marqué les faits divers de la ville californienne, où il était installé, Vacaville, dans le comté de Solano. Voici le compte-rendu de sa mort, paru dans le journal local « The Reporter », à la fin du 19e siècle (le journal a été créé en 1883): William Vuille, horloger et joaillier, se tua d’un coup de fusil dans la chambre à louer qu’il louait au White’s building. Il était natif de Suisse et avait près de 43 ans. Vuille avait une femme et des enfants vivant en Suisse et n’avait, selon toute apparence, pas réussi à réunir suffisamment d’argent qu’il comptait leur envoyer. Certains avancent que ce serait là la raison de son geste de désespoir. William K. Hoyt informa les autorités que Vuille était venu ce jour-là chez lui et lui avait proposé d’aller faire une ballade à cheval. Ils se rendirent ensemble au Cuff’s Saloon de Fairfield où ils prirent de la bière et fumèrent des cigares.
« C’est alors que Vuille déclara à Hoyt qu’il souhaitait ardemment faire quitter la Suisse à sa famille. Hoyt offrit de l’y aider. Lorsqu’ils quittèrent le saloon, Vuille partit seul et Hoyt ne le revit plus. Vuille avait vécu un peu plus de quatre ans à Suisun. Bien que ne parlant pas couramment l’anglais, il s’y était fait des amis et était spécialement apprécié des enfants. On le disait calme, très gentleman et de commerce agréable. En l’espace d’une semaine, Marks Hyman s’établit comme l’horloger et le bijoutier de la ville dans l’ancienne boutique de Vuille, voisine du drugstore Stockman. Il semblerait que Hyman ait déménagé depuis et que la boutique ait été reprise par l’horloger R.H. Whiterall. En avril, on annonça que F.W. Stone avait racheté le matériel de Vuille et qu’il s’était établi dans le magasin de ferblanterie White. Malheureusement, cet article, encore disponible il y a quelques mois sur le site du Reporter, n’est aujourd’hui plus accessible dans ses archives. Aucune précision supplémentaire ne peut donc être apportée sur la date de publication dudit article
.

On trouve enfin trace d’un Eugène Vuille, fabriquant de montre dans l’Illinois aux Etats-Unis, en 1900. Voici l’annonce qu’il a fait paraître dans un journal local: EUGENE VUILLE, WATCHMAKER, Keeps on hand a large stock of FINE SOLID GOLD JEWELRY. Just received, a complete line of Silver-plateware and solid gold jewelry, which I am offering at low figures for cash, Clocks, Watches, Spectacles, Etc. on hand as usual. (http://www.iltrails.org/Jackson/1900.htm).

Advertisements
Par défaut

2 réflexions sur “Des montres Vuille

  1. Aiglon dit :

    CHer onsieur,

    je tombe par hasard sur votre article. Je travaille actuellement sur les horlogers qui se sont succédés dans la ville minière de la Grand’Combe dans le département du Gard : on y trouve en 1906 Eugène Vuille né en Neuchâtel (suisse) en 1873.
    Y aurait-il un lien entre les horlogers américains créateurs de marque et ceux de la cité minière cévenole ?

    Cordialement,

    Laurent Aiglon

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s